On a ce que l’on mérite!

20160528_083655

Je crois plutôt que l’on a ce que l’on croit, que l’on mérite. La croyance que nous possédons à propos de ce que nous méritons ou ne méritons pas, limite énormément ce que nous nous permettons de recevoir dans la vie. La plupart d’entre nous avons grandi avec le sens que l’on doit mériter ce que nous recevons, et ce , par rapport à nos agissements du bien ou du mal, décidé et dictés par les autres, pour leur propre bien-être. Rendus à large adulte nous continuons à fonctionner avec cette même manière de penser, qui nous empêche de comprendre que ce que nous recevons dans la vie est simplement dû à la manière que nous avons de structurer nos pensées et nos propres croyances.
La croyance du mérite active un sentiment de récompense, ou bien un sentiment de culpabilité, selon l’évaluation du bien et du mal que nous possédons. Si nous activons le sentiment de récompense parce que nous croyons avoir bien agi alors nous nous mettons dans un état de réception de récompense positive que nous pouvons facilement accepter, et c’est ce qui se produit souvent, il nous arrive plein de belles choses.
Si nous activons un sentiment de culpabilité parce que nous croyons avoir mal agi, alors, nous nous mettons dans un état de non-réceptivité qui nous empêche de recevoir, peu importe ce que nous désirons, par ce que le sentiment de culpabilité que nous ressentons devient plus fort que le sentiment du désir que nous ressentons. Nous en arrivons même à croire quelquefois que nous méritons plus une punition qu’une récompense.
En fait il n’y a rien à voir avec le mérite, mais plutôt avec la croyance que nous avons, ou mieux, avec la capacité que nous avons d’être capables de maîtriser nos pensées. Nous ne méritons rien, les mérites ne sont basés que sur l’évaluation de notre éducation du bien et du mal, ce que nous pouvons changer n’importe quand. Nous pouvons décider nous-mêmes, de ce que nous méritons ou pas dans la vie, et en ce qui me concerne, nous méritons tout ce que nous voulons. Et nous décidons nous-mêmes de ce qui est bien ou mal. Alors si nous désirons continuer à faire dépendre nous mérite sur le bien ou le mal nous avons quand même le pouvoir de décider de ce qui est bien et de ce qui est mal.
À partir de cela, tout ce que l’on désire peut se réaliser, selon notre propre perception, et notre capacité d’accepter de recevoir, sans jugement, tout ce que l’on veut. Le pouvoir que nous possédons est de décider, de ce que l’on mérite ou pas, et ensuite, on peut dire que l’on a ce que l’on mérite. Tout cela semble simple, et ça l’est.
Il y a bien sûr des moyens et des trucs pour arriver à faire le changement que l’on veut pour améliorer sa vie, et c’est ce que nous pourrons voir ensemble.

Marc Ducasse

Les commentaires sont fermés.